La maison à empilage de poutres.

Et si nous parlions d’une technique de construction : la maison à empilage de poutres !

 

La maison à empilage de poutres. dscf5783ok1-300x225

la maison à empilage de poutres de Montastruc.

Nous avons la chance de posséder sur le territoire de Montastruc une maison à empilage de poutres, située à Esquirol (lieu-dit), appartenant cependant à des propriétaires privés (que je remercie beaucoup), qui ont bien voulu nous accueillir chez eux, afin de vous faire partager la beauté de cette architecture.

Cette maison, dont la construction daterait vraisemblablement de la seconde moitié, voire de la fin du 16ème siècle, est inscrite depuis le 19 février 1991 et est donc protégée au titre des Monuments Historiques, comme habitation présentant un intérêt à l’échelle régionale. (nous parlerions de « classement » si elle était reconnue à l’échelle nationale !)

 

Mais en quoi consiste cette architecture ?

 

DSCF5793

Détail d’une jonction entre deux murs à angle droit.

En fait, elle fait un peu penser à une technique de construction de chalets, vue assez couramment au Canada, qui consiste à un empilement horizontal de troncs d’arbres. Une définition plus technique serait la suivante : une maison à empilage est une maison faite de poutres de bois (ici, du chêne) dégauchies à la hache, d’une seule portée, empilées horizontalement et dont les joints sont colmatés avec un mortier ou de l’argile pour assurer leur étanchéité. A l’extrémité, ces poutres sont assemblées en entamant une poutre d’un tiers pour y encastrer l’autre poutre venant à angle droit. Les dimensions varient entre 8,5 mètres et 13 mètres de longueur et entre 5,5 mètres et 8 mètres de largeur. La hauteur sous comble ne dépassant pas les 5 mètres.

 

 

dscf5838ok-e1433424241176-300x221

La maison d’Esquirol telle qu’elle était (dans son jus !) avant sa merveilleuse rénovation par les propriétaires actuels.

 

 

Elle sont également appelées «  maisons brassières » parce qu’elles seraient construites par des « brassiers », c’est-à-dire des commis des champs ou ouvriers agricoles, après défrichage des immenses forêts environnantes, afin de s’y installer. Incontestablement, ces maisons seraient bâties postérieurement à la Guerre de Cent Ans !

 

 Mais où trouve-t-on ces maisons atypiques ?

Ces maisons à empilage de poutres sont majoritairement situées dans un terroir limité au nord par la vallée du Dropt, à l’est, par la vallée du Tolzac et au sud par la vallée du Lot. Il y en aurait 53 au total. Elles étaient certainement beaucoup plus nombreuses jadis. Heureusement, ce patrimoine, qui a bien failli disparaître dans l’indifférence générale, a suscité l’intérêt de quelques bénévoles, « les amis du Pastourais » qui ont tout mis en œuvre pour répertorier, préserver et conserver ce qui pouvait encore l’être. Néanmoins, toutes ces constructions ne sont pas inscrites au titre des Monuments Historiques.

 

Comment expliquer le bon état de conservation de ces poutres, en proie à toutes les intempéries depuis des siècles ?

dscf5781-e1433425572183-300x203

Empilage horizontale (partie inférieure de la maison). Le bois, après son immersion dans l’eau, est aussi solide que de la pierre !

En fait, si certaines de ces maisons ont traversées les âges et nous sont parvenues en bon état, c’est grâce à la qualité apportée par certains professionnels de cet époque qui maîtrisaient à la perfection cet art. En effet, l’abattage de ces chênes était effectué durant une saison et une lunaison idéales. De plus, ces arbres recevaient un traitement qui consistait à leur immersion complète dans les points d’eau (plutôt calcaire) et autres étangs environnants durant une période très longue (plusieurs années). Tout ceci assuraient à ces poutres de conserver leur pérennité.

 

dscf5783ok-e1433426257286-300x125

Partie supérieure de la maison d’Esquirol, présentant une autre technique de construction, dite « à pans de bois » ou « à colombages ».

La maison située à Montastruc, présente dans sa partie supérieure (étage), une autre architecture, celle dite « à colombages » ou « à pans de bois », largement utilisée lorsqu’il y a plusieurs étages à une habitation.

Ce type de construction (plus légère) est constitué de deux éléments principaux : En premier, une ossature de bois faite de pans de bois, constitués de sablières hautes et basses, de poteaux, de décharges et de tournisses. Et enfin d’un hourdage, qui forme les murs et qui a un rôle de remplissage et de raidisseur. En général, il est fait de briques, de moellons ou de matériaux légers comme le torchis, ce qui était le cas pour la maison située à Montastruc. Depuis, une dernière restauration lui a préféré un autre revêtement plus stable.

A l’origine, la maison d’Esquirol, rectangulaire et dont l’aménagement intérieur était constitué d’une seule et unique pièce, était chauffée par une grande cheminée. Le rez-de-chaussée était desservi par 2 portes, l’une au nord, l’autre au sud. L’empilage de poutres de chêne était (et est toujours) posé sur un soubassement maçonné, constitué de pierres et de gros blocs de silex bruts, qui isole le bois de l’humidité du sol.

 

dscf5783ok1-e1433437678782-300x99

Détails du soubassement sur lequel reposent les poutres.

Cette superposition était chichement interrompue d’ouverture aussi petites que possible, sorte de fenêtres-meurtrières, que l’on pouvait refermées à l’aide d’une pièce de bois (volet). Le confort était donc des plus sommaire dans ce type d’habitation.

 

dscf5791-e1433437842489-300x133

Meurtrières d’origine, transformées en petites fenêtres. Jadis, ces ouvertures étaient uniquement obstruées de l’intérieur de l’habitation par une sorte de volet en bois.

La toiture à deux pentes, est recouverte actuellement de tuiles. Mais, elle devait, à l’origine, être composée de bardeaux de bois.

Tout ceci nous laisse penser que ces solides habitations servaient de forteresse de fortune aux habitants, durant ces époques de troubles et d’agitation (guerres, attaques de brigands, etc).

 

dscf5850ok-300x225

Vue latérale de la maison d’Esquirol. On distingue les différentes transformations et agrandissements qui font de cette maison une pure merveille ! (partie supérieure (étage), partie arrière de la maison (gauche de la photo), partie arrière supérieure (modification de la pente de toit). Sans oublier l’aménagement intérieur !

Enfin, certaines de ces habitations ont été transformées, une fois l’accalmie dans la région retrouvée, pour répondre aux besoins fonctionnels et autres exigences modernes de leurs propriétaires. La maison d’Esquirol a été agrandie au XVIIIe siècle et des fenêtres ont alors été ajoutées.

 

dscf5809-e1433439017715-200x300

Arrière et une partie d’un côté de la maison primitive, qui se retrouvent maintenant à l’intérieur de la nouvelle structure. La forme des poutres montrent qu’elles ont été utilisées pour un autre usage précédemment.

 

 

 

 

Une pratique courante dans la construction de ce type d’habitation est la réutilisation de certaines pièces de bois.

 

 

 

 

 

 

Les derniers propriétaires, qui ont fait un travail remarquable de restauration, ont greffé à la maison primitive une partie plus moderne sur l’arrière de la bâtisse et ont transformé un ancien garage attenant, préservant de ce fait, une bonne partie des murs extérieurs qui ne sont plus soumis aux caprices du temps, assurant leur conservation future, grâce à ce « manteau » protecteur !

 

Si vous désirez admirer un album avec des photos et commentaires, en rapport avec cette splendide maison, et/ou de grandes photos à regarder, cliquez ici. N’oubliez pas le mot de passe  qui est « maison ».

Commentaires:

2 Réponses à “La maison à empilage de poutres.”

  1. boucheyrou
    boucheyrou écrit:

    bonjour ,j ai aussi ce type de maison que je restaure a rives 47210 la votre est magnifique .si j ai besoin de renseignement pouvez vous m aider merci

  2. lotetgaronnevillages
    lotetgaronnevillages écrit:

    Bonjour.
    Je vous remercie beaucoup pour votre commentaire. Je ne suis malheureusement pas propriétaire de cette magnifique maison ! Peux-être, pourriez-vous vous rapprocher de votre mairie pour obtenir les coordonnées de personnes qualifiées dans le domaine de restauration de vieilles demeures de ce type ? Des associations, forums, … existent certainement aussi sur le web ? Le cas échéant, contactez la mairie de Montastruc (47380), ceux-ci connaissent les propriétaires de la maison à empilages de poutres du village. J’espère que cela vous aidera un peu dans vos recherches… Bonne restauration !

Laisser un commentaire

«